Accueil

Définition de "Une Folie architecturale"



Un bref historique du terme « Folie » utilisé en architecture


Charles Gabriel Le Blanc, Château d'Ô, 1743-1750, Montpellier, France, Photo Jacqueline Poggi © Jacqueline Poggi


En Europe, à partir du XVIIème siècle et principalement au XIXème siècle, le terme « folie » est employé pour désigner les maisons de villégiature d’aspect pavillonnaire construites pour l'aristocratie et les hauts membres de la bourgeoisie à l’extérieur des villes. Ainsi, les folies ont précédé les résidences de fin de semaine et les villas de vacances. Dans certains cas, l'appellation « folie » a pu être utilisée pour désigner des habitations princières faisant preuve d'extravagance et d’innovation.

En France, les « folies » des princes sont de réels caprices d'aristocrates donnant souvent lieu à des défis afin de déterminer celui qui fera construire le pavillon le plus spectaculaire, le plus onéreux et cela, sur un laps de temps réduit. Les « folies » se sont donc rapidement multipliées dans la seconde moitié du XVIIIème siècle aux alentours de Paris, chacun désirant construire un pavillon plus audacieux et plus expansif que celui de son voisin. Ces querelles légères ont d'ailleurs donné lieu à la création de la célèbre folie de Bagatelle construite en soixante-quatre jours seulement en 1777 par le comte d'Artois.

D’un point de vue fonctionnel, les folies répondent parfaitement à une utilisation intimiste de l’espace, accordant la simplicité de la vie de campagne au désir de raffinement de l'aristocratie. Pour ce faire, l'intérieur se divise en salles de petite taille : alcôves, boudoirs, petits et grands salons… Sur le plan architectural, les folies sont des bâtiments relativement simples et élégants, construits selon le style néo-classique.

La désignation « folie » telle qu’utilisée aujourd'hui se veut l’héritière de l'audace et de l'innovation des expérimentations des XVIIIème et XIXème siècles. Les folies architecturales illustrent la recherche d'excellence mais aussi de singularité.

 

UNE FOLIE ARCHITECTURALE  POUR LE CIAC-MTL


Les Nouveaux Constructeurs, Folie Divine (projet en cours), Montpellier, France © Les Nouveux Constructeurs

 

Dans le cadre du projet du CIAC-MTL, l'utilisation du terme pavillon fait référence aux « folies architecturales », construction audacieuse et novatrice, exubérante dans leur composition.

La « folie architecturale » du CIAC-MTL sera une construction d'exception afin de valoriser l'architecture contemporaine au sein même de l’espace urbain. Elle est une construction architecturale novatrice, créative et audacieuse.

Le Pavillon aura environ 250m2 dans lequel se dérouleront des activités éducatives et des actions culturelles (films, conférences, débats, rencontres impromptues, soirées de poésie…).

Le pavillon sera conçu pour être démontable pour éventuellement permettre son transport et sa réutilisation dans d’autres lieux.  Il comprendra un espace café avec tables et chaises, un espace repos, un espace pour le travail sur ordinateurs…

Le pavillon sera équipé de toutes les nouvelles technologies pour permettre la captation et la diffusion des actions culturelles au plus large public.