Intelligence artificielle (IA) et Création artistique

 

DÉFINITIONS

 

Quelques définitions de l’intelligence artificielle parmi toutes celles qui existent:

 

Futura Tech :
L’intelligence artificielle, souvent abrégée avec le sigle IA, est définie par l’un de ses créateurs, Marvin Lee Minsky, comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critiquée ».

 

Le Larousse :
Ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine. Avec l’intelligence artificielle, l’homme côtoie un de ses rêves prométhéens les plus ambitieux : fabriquer des machines dotées d’un « esprit » semblable au sien. Pour John MacCarthy, l’un des créateurs de ce concept, « toute activité intellectuelle peut être décrite avec suffisamment de précision pour être simulée par une machine ». Tel est le pari – au demeurant très controversé au sein même de la discipline – de ces chercheurs à la croisée de l’informatique, de l’électronique et des sciences cognitives. Malgré les débats fondamentaux qu’elle suscite, l’intelligence artificielle a produit nombre de réalisations spectaculaires, par exemple dans les domaines de la reconnaissance des formes ou de la voix, de l’aide à la décision ou de la robotique.

 

Wikipédia :
L’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée. D’autres, remarquant la définition peu précise de l’IA, notamment la CNIL, introduisent ce sujet comme « le grand mythe de notre temps ».
Souvent classée dans le groupe des sciences cognitives, elle fait appel à la neurobiologie computationnelle (particulièrement aux réseaux neuronaux), à la logique mathématique (partie des mathématiques et de la philosophie) et à l’informatique. Elle recherche des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique. Par extension elle désigne, dans le langage courant, les dispositifs imitant ou remplaçant l’homme dans certaines mises en œuvre de ses fonctions cognitives.
Ses finalités et son développement suscitent, depuis toujours, de nombreuses interprétations, fantasmes ou inquiétudes s’exprimant tant dans les récits ou films de science-fiction que dans les essais philosophiques. La réalité semble encore tenir l’intelligence artificielle loin des performances du vivant ; ainsi, l’IA reste encore bien inférieure au chat dans toutes ses aptitudes naturelles.