ADRIAN STIMSON — Napi nu et autres histoires

Exposition présentée par le CIAC MTL au CDEx, UQAM, 405 rue Sainte-Catherine Est (angle Saint-Denis), Montréal, local J-R940, du 5 au 21 août 2019, de 12 h à 18 h.

 

Les oeuvres de la série Napi nu et autres histoires d’Adrian Stimson ont d’abord été présentées à la SUM Gallery à Vancouver en 2018, puis à la Edmonton Art Gallery en 2019 et à la Paul Petro Contemporary Art à Toronto en juin-juillet de cette année. «En tant qu’indigènes, notre existence est politique dans ce pays. Toute ma vie, j’ai été exposé au racisme présent chez nous et j’ai combattu ce fléau que j’ai subi dès mon enfance», dit Stimson. Les bispirituels, croit-il, livrent le même combat que les bisons il y a 150 ans. «Buffalo Boy», surnom adopté par Stimson, est le personnage qu’il incarne dans plusieurs de ses œuvres.

 

_GLH4687_Photo Guy LHeureux
_GLH4686_Photo Guy LHeureux
_GLH4276_Photo Guy LHeureux
_GLH4247_Photo Guy LHeureux
_GLH4684_Photo Guy LHeureux
_GLH4689_Photo Guy LHeureux
_GLH4294_Photo Guy LHeureux
_GLH4697_Photo Guy LHeureux
_GLH4683_Photo Guy LHeureux
_GLH4695_Photo Guy LHeureux
Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image...

©Photographie Guy L’Heureux

 

ADRIAN STIMSON RACONTE :
 

Lors de ma maîtrise à l’Université de la Saskatchewan, j’ai rédigé mon mémoire intitulé «Too Two Spirited for you; l’absence et la présence de bispirituels dans la culture et les médias occidentaux». Une partie de la recherche consistait à remonter dans le temps précisément aux premières rencontres entre les peuples autochtones et non autochtones afin de voir s’il y avait des représentations de personnes bispirituelles.

 

Theodore De Bry se distingue parmi une panoplie d’artistes. En effet, De Bry, qui n’a jamais visité les Amériques, a créé un certain nombre de gravures illustrant diverses réunions entre conquistadors et populations autochtones, ainsi que des représentations de la vie autochtone. Ces représentations étaient basées sur des récits hautement stylisés et détaillés, et souvent dépeints d’actes violents envers la population autochtone renforçant ainsi le récit de la conquête coloniale. 

 

Les images de De Bry sont la preuve de la diversité de la sexualité dans le pré-contact américain. Elles prouvent, entre autres, que pour les colonisateurs, la sexualité autochtone était à craindre, à vaincre ou à détruire. Par exemple et comme le prouvent ses gravures de nombreux individus qualifiés de «sodomites» mis à mort, elles poussent ainsi à la clandestinité ou éradiquent deux états spirituels, sexualité et cérémonie. La moralité chrétienne occidentale n’était pas compatible avec les populations autochtones américaines; c’est alors qu’un processus systémique visant à éradiquer les modes de vie autochtones a été mis en place; guerres indiennes, famines, couvertures contaminées, assimilation agressive et pensionnats étaient parmi les nombreuses politiques racistes mises en œuvre. Politiques, qui, d’ailleurs, se poursuivent encore à ce jour.

 

Historiquement, les peuples autochtones étaient des êtres sexuels et n’avaient pas honte du sexe ou de leur corps. La nudité était normale, le corps humain faisait partie de la nature. La sexualité était diverse et devait être célébrée.

 

Pour les Blackfoot, beaucoup de nos histoires ont un contenu sexuel, le sexe et la sexualité étant souvent intégrés de façon langagière. Une amie travailleuse culturelle, chargée d’enregistrer les aînés il y a de nombreuses années, m’a confié à quel point il était complexe de traduire les enregistrements des femmes plus âgées. Elle a déclaré: «c’était comme si j’étais dans un vestiaire d’hommes», leurs manières de décrire étaient à la fois crues et amusantes. L’usage d’un langage aussi simple de la sexualité prouve que nous n’avions pas peur de notre sexualité ni de la morale occidentale. Nous ne sommes pas liés aux idées occidentales de piété, de honte et de peur du sexe et de la diversité sexuelle. Pourtant, le mal est fait et maintenant, à notre époque, nous avons le droit et le devoir de récupérer notre histoire sexuelle. J’ai présenté pour la première fois Naked Napi à la galerie SUM à Vancouver. Je présente maintenant Naked Napi Big Smoke à Toronto. J’espère que cette série de peintures incitera les gens à comprendre et à accepter nos modes de vie – Être Napi, créer des histoires pour notre temps et notre bispiritualité.

Napi est un personnage de Blackfoot qui occupe une place centrale dans nos histoires. Il est souvent appelé le «vieil homme». Napi vient du soleil, il est notre quasi-créateur, il est fou, drôle et parfois un imbécile. Il peut aussi être brutal et très méchant. Dans bon nombre de nos récits, Napi est le créateur – avec «Old Woman» – de nombreux objets et créatures. Napi n’est pas notre dieu, mais comme beaucoup d’entités divines, on lui attribue la création du monde et de tout ce qu’il contient. Mais Napi a aussi de gros problèmes lorsqu’il commence à jouer avec sa propre création. C’est pourquoi nous appelons également Napi un filou, un contraire. Les histoires de Napi sont très familières dans le pays des Blackfoot, et sont souvent racontées par des anciens qui ont une histoire à raconter et qui a le droit de raconter ces histoires. Napi et ses nombreuses histoires sont notre guide de la vie, ils nous enseignent des leçons sur la façon de vivre et de ne pas vivre. Napi est, en quelque sorte, notre guide moral, nous donnant un aperçu de notre condition humaine.

 

Mon intention en créant la série de peintures intitulée Naked Napi et Naked Napi Big Smoke est de répondre et de m’approprier les représentations de De Bry. Qu’il s’agisse de l’émasculation, de la dégradation et du massacre de ces Deux Esprits, je souhaite les ramener au présent, d’exorciser les horreurs qu’ont subi ces Deux Esprits et ainsi récupérer notre pouvoir, nos corps et notre sexualité.

 

Alors que les histoires de Napi sont souvent racontées par nos aïeuls, qui eux, les ont reçues des leurs, une nouvelle génération d’artistes, d’acteurs et de conteurs de Blackfoot ont commencé à créer de nouvelles histoires. Cependant, Napi n’est pas statique, il est dynamique. En créant ces histoires, j’espère réinventer Napi dans le présent, le rendre queer, pour créer de nouvelles histoires et de nouvelles idées basées sur notre passé tout en tentant de refléter notre présent et notre avenir. Dans le cadre de la création de ces peintures, chaque peinture sera accompagnée d’une histoire, une histoire en anglais, à traduire en pied-noir. Des histoires qui racontent des moments de notre temps, nos luttes, nos espoirs, étant à la fois drôles et tragiques. J’espère que cela créera un espace où nous pourrons imaginer un avenir où Napi constituera un continuum de nos savoirs autochtones / Blackfoot.

 

CONSULTER LA LISTE DES OEUVRES

LISTE DES OEUVRES

Toutes les oeuvres sont de la collection de l’artiste.
 

      1. Naked Napi as long as the water flows from Naked Napi’s Contemporary Life, 2018

Graphite et huile sur panneau de bouleau

36” x 24” x ½” (91 x 61 x 1 cm)

      1. Naked Napi and the Pipeline from Naked Napi’s Contemporary Life, 2018

Graphite et huile sur panneau de bouleau

36” x 24” x ½” (91 x 61 x 1 cm)

      1. Naked Napi and the Russian Trolls from Naked Napi’s Contemporary Life, 2018

Graphite et huile sur panneau de bouleau

36” x 24” x ½” (91 x 61 x 1 cm)

      1. Naked Napi as Cigar store Indian from Naked Napi’s Contemporary Life, 2018

Graphite et huile sur panneau de bouleau

36” x 24” x ½” (91 x 61 x 1cm)

      1. Naked Napi and the Alt right from Naked Napi’s Contemporary Life, 2018

Graphite et huile sur panneau de bouleau

36” x 24” x ½” (91 x 61 x 1 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #1, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #2, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #3, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #4, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #5, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke #6, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

14” x 11” (35 x 28 cm)

      1. Naked Napi’s Columbus and the gilded cocks, 2019

Acrylic, huile et feuille d’or 24 carats, triptyque de bouleau

60” x 48” x 1 5/8 ” (35 x 28 x 4 cm)

      1. Naked Napi Smoke Signals, 2019

Graphite, stylo et huile sur panneau de bouleau

12” x 10” (30 x 25 cm)

      1. Narcissus Selfie, 2019

Graphite et huile sur panneau de bouleau

10” x 12” (25 x 30 cm)

      1. Naked Napi Budget Cuts, 2019

Graphite et huile sur panneau de bouleau

12” x 10” (30 x 25 cm)

      1. Naked Napi Big Smokin’, 2019

Graphite, stylo, huile et feuille d’or 24 carats sur panneau de bouleau

10” x 12” (25 x 30 cm)

      1. Naked Napi’s Afterbirth of Canada’s Indians, with Disco Ball, 2018

(Inspiré de Harold Cardinal’s The Rebirth of Canada’s Indians 1977)

Trois corps filiformes en cuir brut et cordes, croix modifiée, cire, miroir de forme sphérique.

Dimensions variables

      1. Taking on Columbus, 2015 provenant de la série Event Horizon

Huile sur panneau de bouleau

20” x 16” (50 x 40 cm)

      1. Naked Napi wrestling a pipeline, 2019

Édition de gravure, no 1/10.

Papier : 15” x 11” (38 x 28 cm) – Image : 5” x 3” (12 x 7 cm)

      1. Naked Napi’s Gay Sharks, 2019

Édition de gravure, no 1/10.

Papier : 15” x 11” (38 x 28 cm) – Image : 5” x 3” (12 x 7 cm)

      1. Naked Napi’s Down Under, 2019

Édition de gravure, no 1/10.

Papier : 15” x 11” (38 x 28 cm) – Image : 5” x 3” (12 x 7 cm)

      1. Naked Napi Big Smoke, 2019

Édition de gravure, no 1/10.

Papier : 15” x 11” (38 x 28 cm) – Image : 5” x 3” (12 x 7 cm)

 
Nous remercions Paul Petro de chez Paul Petro Contemporary Art Gallery, Toronto, pour sa généreuse collaboration à notre projet.


COMMISSAIRE ET INITIATEUR DU PROJET

CLAUDE GOSSELIN, C.M. (c.v.)
Fondateur – Directeur général et artistique
Centre international d’art contemporain de Montréal
claude.gosselin@ciac.ca


COMMISSAIRE ASSOCIÉ

ANDRÉ DUDEMAINE
Fondateur – Directeur des activités culturelles
Festival Présence autochtone, Montréal


PARTENAIRES