IA-LOGO_400x300_Transparent_Recoloré_Ombrage-blanc

LE MAGAZINE IA CIAC MTL

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET CRÉATION ARTISTIQUE
NUMÉRO 2 ⎯ 15 MARS 2020
LES ŒUVRES D’ART ARTIFICIEL

____________________________

Tout sur les artistes émergents qui explorent le pouvoir créatif de l'IA
et les intervenants les plus reconnus du domaine de l'IA et de l'art génératif. 

ALEXANDRE BURTON : UN ARTISTE QUÉBÉCOIS EN IA

par Anne-Marie Boisvert

Avec la création du Magazine électronique du CIAC en 1997, le CIAC MTL a offert une vitrine privilégiée aux projets artistiques conçus au moyen d’outils numériques ainsi qu'à leurs créateurs. Nous nous sommes attachés tout particulièrement à mettre en lumière les artistes d'ici qui travaillaient et continuent à travailler dans ce domaine. En témoignent notamment notre numéro spécial consacré à l'art web au Québec paru en 2001, ainsi que notre numéro intitulé net.art@canada publié en 2008 qui proposait une rétrospective du net.art au Canada de 2000 à 2008.

 

Nous avons à cœur de poursuivre cette exploration dans notre nouveau magazine IA CIAC MTL. Nous avons choisi de nous pencher dans ce numéro sur une œuvre créée par l'artiste québécois Alexandre Burton, qui relève de ce que l’on entend par art génératif computationnel ou «art artificiel» interactif.

 

Alexandre Burton, 蟋蟀 (Crickets), 2019

 

Alexandre Burton est un compositeur d'oeuvres musicales et audiovisuelles créées à l'aide d'outils numériques. Il a également réalisé plusieurs projets dans des domaines aussi divers que le cinéma, l'installation et la performance, souvent en collaboration d'autres artistes tels que Julien Roy et Jimmy Lakatos. Burton est le fondateur et le directeur depuis 2000 du studio artificiel, un studio de  création et un laboratoire de lutherie numérique qui a fourni à de nombreux artistes intéressés à tisser des liens dans leur pratique entre l'art et la technologie un lieu de travail, un lieu de diffusion et aussi un lieu d'expertise (voir la liste des oeuvres les plus récentes réalisées au studio). Alexandre Burton était l'un des artistes québécois sélectionnés pour participer au laboratoire international multidisciplinaire en intelligence artificielle (IA) pour la création d'œuvres audiovisuelles, intitulé le AI Art Lab, organisé tout récemment à Montréal par MUTEK et Zú, avec le concours de l’Institut québécois d’intelligence artificielle Mila.

 

Une des œuvres les plus récentes de Burton est 蟋蟀 (insectes-crickets en caractère chinois simplifié), créée en 2019.

 

 

Description de l'oeuvre et de son processus de création :

«Cette oeuvre a été entreprise à l’occasion d’une résidence de recherche et création en milieu rural en Chine effectuée en 2017.

 

Alors plongé dans un environnement sonore créé par le bruit des criquets domestiques, un animal familier en Chine où celui-ci est adopté et élevé pour ses qualités musicales, Alexandre Burton s’en est inspiré pour développer un instrument de composition procédurale. Il a  utilisé son système pour enregistrer des boucles sonores à partir du jeu du saxophoniste Jun-Y Ciao, qu’il a ensuite redistribué de façon asynchrone et automatique dans un système de diffusion sonore. Son intérêt pour l’écriture de la complexité couplé à son souhait de revenir à la composition l’ont finalement amené à développer un instrument de lutherie numérique permettant de réaliser, avec une approche procédurale, une composition d’une telle complexité qu’il serait impossible d’en produire une partition dans sa forme standard. Comme l’explique Alexandre Burton dans un entretien portant sur le processus et la démarche ayant entouré la création du système, 蟋蟀, par son rythme, sa structure et sa forme, imite de manière itérative la dynamique de ces insectes avec leur milieu (immersion, périodicité d’apparition des sons, structure temporelle cyclique de leur production, pulsations rythmiques particulières aux insectes, boucles sonores etc.).

 

En résulte une un instrument de composition basé sur la spatialisation de vingt-trois boucles sonores, enregistrées en direct et diffusées par un orchestre de hauts-parleurs. La performance musicale est un duo pour un musicien, qui produit du matériel sonore en direct, et un compositeur, Alexandre Burton, qui agence, organise et mixe du matériel, aussi en direct» (description tirée du site de l'artiste).

 

Il est possible d’écouter la musique créée à l’aide de cet «instrument» sur le web. Deux vidéos captées à l’occasion de deux concerts distincts sont offerts sur le site de l'artiste, fruits de la collaboration de Burton avec deux musiciens.

 

Dans les deux cas, le résultat est hypnotique. Les artistes (y compris le système informatique) réussissent à créer un environnement sonore aux sons concrets subtilement discordants et grinçants, plongeant l’auditeur dans un environnement évocateur d’un monde naturel épuré et méditatif à la fois cyclique et évolutif.

 

Il est également possible d’écouter sur cette même page une entrevue avec Alexandre Burton décrivant en détail la démarche et le processus à l’origine de l’œuvre.

AARON2

LES ŒUVRES D’ART ARTIFICIEL EXISTENT-ELLES ?

par Anne-Marie Boisvert

Le compositeur et informaticien David Cope est le créateur d’un programme informatique appelé Experiments in Musical Intelligence (EMI) qui « compose » de la musique à partir d’une base de données de pièces musicales préexistantes.

Henrichon

ACTUALITÉS

Publication : Pierre HENRICHON, Big Data : faut-il avoir peur de son nombre ?, Éditions Écosociété, mars 2020.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?