Accueil


Programmation CIAC 2018-2019

Trois projets majeurs sont actuellement à l’ordre du jour

 

Exposition et activités : Skawennati

Skawennati, originaire du territoire mohawk de Kahnawà:ke, vit et travaille à Montréal. Elle réalise des oeuvres portant sur l’histoire, l’avenir et les mutations sociales et individuelles. Ses projets novateurs en art médiatique ont été présentés au Canada dans le cadre d’expositions majeures telles que Now? NOW!, à la Biennial of the Americas, à Denver, aux U.S.A. ; et Looking Forward (L’Avenir) à la Biennale de Montréal 2014. Elle a reçu le Best New Media Award du festival imagineNative en 2009, ainsi qu’un Contemporary Art Fellowship du Eiteljorg Museum en 2011. Ses oeuvres figurent dans de nombreuses collections publiques et privées.

Skawennati est détentrice d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia, où elle est codirectrice d’Aboriginal Territories in Cyberspace (AbTeC), un réseau d’artistes et de chercheurs dont le mandat est d’explorer et de créer des environnements virtuels autochtones. Les ateliers Skins d’AbTeC, qui portent sur les pratiques narratives et médiatiques expérimentales autochtones, visent à soutenir les jeunes autochtones afin qu’ils et elles occupent la place qui leur revient. En 2015, AbTeC a mis sur pied le projet IIF (Initiative for Indigenous Futures).

Skawennati
Five Roses : TimeTraveller™, 2013
Machinimagraphe, impression jet d'encre, édition de 3.
86cm x 152cm (33.75" x 60")
Représentée par la Galerie Ellepant, Montréal

Skawennati
Jingle Dancers Assembled : TimeTraveller™,2011
Machinimagraphe, impression jet d'encre, édition de 3.
86cm x 152cm (33.75" x 60")
Représentée par la Galerie Ellepant, Montréal

 

Exposition : Papiers peints d'artistes

Des installations dans des lieux inusités

Le CIAC entend produire une exposition de papiers peints conçus par des artistes d’ici et d’ailleurs.

Le papier peint, médium à vocation décorative, séduit depuis le XVIe siècle un large public. Son apogée se manifeste au XVIIIe et XIXe siècles alors que sa production passe de l’artisanat à l’industrie. Il est grandement utilisé au Japon, au Royaume-Uni et en France. Il aura aussi été très visible chez nous.

Repris par de nombreux artistes, des années 1960 à aujourd’hui, le papier peint semble toujours d'actualité. Que ce soit pour Andy Warhol ou Kent Monkman, le papier peint, comme support artistique, a été générateur de réflexion et de créativité. Vous serez surpris de découvrir les images que nous proposerons les artistes.

Andy Warhol
Cow Wallpaper, 1966
Sérigraphie en deux tons

Kent Monkman
Miss Chief’s Wallflowers, 2017
Papier peint adhésif en vinyle
Représenté par Pierre-François Ouellette art contemporain

 

Le site internet du CIAC : WWW.CIAC.CA

Documentation, Archives, Projets pour le grand public et les chercheurs en art

Sur le site web du CIAC vous trouverez les archives des projets réalisés au cours des 33 dernières années, soit entre 1984 et 2017. C’est tout un pan des arts à découvrir et à inscrire dans l’histoire des arts visuels du Québec, de Montréal et du Canada.

 

Participer à notre campagne de financement

Pour réaliser ces projets, nous avons besoin de votre appui

Comme à l’habitude, nous nous assurons de rendre nos activités accessibles au public le plus large possible quel que soit ses ressources financières. C'est grâce à vous que nous pouvons atteindre nos objectifs. Nos activités éducatives sont très appréciées par le milieu scolaire et par un largepublic.

 

Faire un don

 

Michel Daigneault
De l’autre côté
de l’abstraction #13
, 2008
22 x 30 cm
encadré
valeur 1800$

Tirage d'une oeuvre de Michel Daigneault

En nous aidant financièrement, vous participerez au rayonnement des arts visuels à Montréal. Un reçu pour fins fiscales sera émis pour tout don de 25$ et plus. Une contribution de 100$ fait de vous un/une associé/e du CIAC et vous donne droit à des avantages.
Pour toute tranche de 100$, vous recevrez un billet pour le tirage d’une oeuvre de Michel DAIGNEAULT d’une valeur de 1 800$.

                 

 



Le 17 janvier 2017, le journal Le Devoir publiait un article sur l’insolvabilité de la Biennale de Montréal (BNL MTL). Bien que l’article mentionnait clairement que le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL) n’était plus responsable de la BNL MTL depuis 2013, plusieurs personnes croient encore que Claude Gosselin, le fondateur de la BNL MTL, et le CIAC MTL sont toujours liés à la BNL MTL. Nous avons entendu récemment des commentaires dans ce sens. 

Nous tenons à rappeler que le CIAC MTL a transféré tous les actifs qu’il détenait dans le projet BNL MTL par un acte légal daté du 16 avril 2013 au nouvel organisme à but non lucratif enregistré sous BNL MTL, organisme totalement indépendant du CIAC MTL. 

Nous devons rappeler cette information pour éviter que le CIAC MTL et Claude Gosselin subissent des torts à leurs réputations dus à une mauvaise compréhension de la situation actuelle à la BNL MTL. Le CIAC MTL a remis à la BNL MTL une situation financière enviable et une réputation très positive envers l’événement. 

Claude Gosselin et le CIAC MTL profitent de cette occasion pour remercier encore une fois toutes les personnes, artistes, institutions et partenaires qui ont rendu possible la création de la Biennale de Montréal et la réalisation des sept (7) premières éditions de cet événement pour les arts visuels à Montréal.



Véritable monument de la scène artistique canadienne, Raymond Gervais est décédé le 6 janvier dernier.  Il laisse une œuvre où se mêlaient les mondes de la musique et des arts visuels réunis sous forme d'installations, de vidéos et de performances. Cet autodidacte assumé nous laisse l’œuvre d’une vie qui restera marquante pour le monde des arts au Québec et au Canada.

Au cours des 40 dernières années, il aura été animateur de plusieurs émissions musicales à la radio de Radio-Canada; il a participé activement à la sauvegarde du patrimoine musical, en particulier dans le domaine du jazz et de la musique classique et contemporaine. Il a lui-même été musicien, organisateur de concerts, enseignant et écrivain sur la musique tout en donnant des ateliers et des conférences. Il aura été un collectionneur d’objets liés à la musique, objets qui lui serviront à créer des histoires et des installations aux analogies étonnantes.

Gervais s'intéresse bien sûr au monde musical pour sa dimension sonore, mais aussi pour l'aspect visuel des disques, leurs possibilités plastiques, oniriques. En tant que commissaire, il a d'ailleurs exploré les liens unissant les pochettes de disques et la photographie lors de l'exposition PHONO PHOTO, Carte grise à Raymond Gervais à Dazibao en 2001. Il a fait partie des artistes de l’exposition Aurora Borealis, (1985) produite par le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL) dans le cadre des Cent jours d'art contemporain de Montréal. Il a participé à l'importante anthologie Broken Music, présentée en 1990 au Musée d'art contemporain de Montréal. À cette occasion, il avait élaboré, en collaboration avec Irene F. Whittome et Rober Racine, le Trio pour Samuel Beckett, un livre disque alliant musique et voix, textes et images.

Exposées au Canada et en Europe ses œuvres se retrouvent au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée d'art contemporain de Montréal, au Musée des beaux-arts de l’Ontario, au Musée national des beaux-arts du Québec, ainsi que dans de nombreuses collections privées. Il a reçu plusieurs distinctions pour sa contribution artistique, notamment le prix Ozias-Leduc de la Fondation Émile Nelligan en 2010 et le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques en 2014.

Il laisse un vide considérable, tant pour sa famille, ses amis et les passionnés d’art. C’est donc pour lui rendre un dernier hommage qu’un rassemblement se tiendra le samedi 13 janvier 2018 chez Memoria, 1111, rue Laurier Ouest, Montréal à compter de 13h00. Un concert au piano de la Musique des Pages-Miroirs (extrait) de Rober Racine sera donné à 15h00.

Claude Gosselin et les membres du conseil d’administration du CIAC MTL offrent leurs plus sincères condoléances à Chantal Pontbriand et les familles Gervais et Pontbriand.

 

Information sur l'oeuvre:
Raymond Gervais
Tombeau (Mathias Grünewald via Paul Hindemith), 2000
Photographie et collage, No 1/2
51 x 43 cm



Vous trouverez ci-joint le bilan de l'exposition Les Cabinets de curiosités LGBTQ+. Nous tenons à remercier une fois de plus l'ensemble des artistes et organismes communautaires ayant contribué à la réussite de cet événement culturel.



Pour sa campagne de financement 2017, le CIAC offrait une œuvre de Sylvie Laliberté. L'oeuvre a été tirée au sort début novembre et remportée par madame Suzanne Sauvage, présidente et chef de direction du musée McCord, ainsi que donatrice au CIAC depuis plusieurs années.

Sylvie Laliberté
Quand le désir s'en va, partez avec lui, 1999,
Photographie couleur, Tirage hors commerce, no HC VII, 28 cm x 38 cm.



Dans le cadre de l'exposition les Cabinets de curiosités LGBTQ+, l'artiste Evergon a produit une œuvre originale afin de soutenir les activités du CIAC. Cette oeuvre est tirée à 3000 exemplaires, dont 50 signées et numérotées par l'artiste de 1 à 50, pour 50 $ chacune. Il en reste une trentaine.

Evergon (AKA Cellulose Everegonni, Eve R. Gonzales, Egon Brut et Big Hellion), artiste, photographe novateur et enseignant canadien de renommée internationale, est une véritable icône culturelle. Précurseur de l’art contemporain homo-érotique et figure emblématique des communautés homosexuelles en Amérique du Nord, il agit, au sein des milieux culturels, par sa défense active des droits des homosexuels. Il questionne la société, sa normativité et sa tendance à imposer une identité sexuelle dominante.

Tout au long de sa carrière, Evergon n’a jamais cessé de défier les idées préconçues de la « norme ». Par son engagement prononcé pour la diversité sexuelle, notamment celle de l’homosexualité, il nous fait voir les réalités de notre monde. Il nous propose des représentations de jeux sexuels à travers des mises en scène coquines, parfois oniriques, parfois brutales par la force de l’image.  Dans ses grands formats, les photographies d’Evergon ont des qualités théâtrales incontestables. Crées par les effets de la lumière, des costumes, des modèles et des accessoires, ce sont de véritables mises en scènes d’inspiration Renaissance ou Baroque. Son travail s’éloigne de la dimension documentaire souvent rattachée au médium de la photographie.

En 1987, le Musée des beaux-arts du Canada a présenté et mis en circulation nationale et internationale une importante rétrospective de ses œuvres intitulée Evergon 1971-1987. En 2017, il fait partie des expositions Le temps file au Musée national des beaux-arts du Québec et La photographie au Canada 1960-2000 au Musée des beaux-arts du Canada.

Détenteur d’une maîtrise en beaux-arts du Rochester Institute of Technology (1974), il débute sa carrière en réactivant des techniques tombées en désuétude comme le cyanotype, le Polaroïd et l’holographie. Aujourd’hui, il se concentre sur des procédés liés à la photographie numérique. Plusieurs de ses œuvres ont été acquises par les grands musées du Québec, du Canada et de l'étranger, indiquant le succès incontestable de sa démarche, allant bien au-delà du milieu gai.

Evergon
Le Russ, 2017.
Photo 27'' x 33'' / 69 cm x 84 cm.

Cliquez-ici pour regarder la version non-censurée de cette oeuvre



L'artiste Gu Xiong expose avec sa fille à la Art Gallery of Ontario dans le cadre de l'exposition Every. Now. Then : Reframing Nationhood jusqu'au 10 décembre prochain. On se souviendra que l'artiste participait à la Biennale de Montréal en 2000 sous le titre Every Time/Tout le temps, sous le commissariat de madame Peggy Gale. Le CIAC possède une photo offerte par l'artiste. Pour l'achat de l'oeuvre, informez-vous auprès de Claude Gosselin au 514-288-0811 ou au claude.gosselin@ciac.ca

Pour d'avantage d'informations, vous pouvez consulter son site web :
http://guxiong.ca/en/group-exhibitions/every-now-then