Author: Claude Gosselin

LOGER LA FONDATION JEAN PAUL RIOPELLE
À L’ANCIENNE ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL

Le Devoir numérique du 18 février dernier a publié dans sa section Idée une lettre de Claude Gosselin proposant de loger La Fondation Jean Paul Riopelle dans l’ancienne École des beaux-arts de Montréal actuellement non utilisée depuis bientôt 12 ans. (lien)

 

Photo : 2016 © Jean Gagnon, Creative Commons.


LUC COURCHESNE

Le Conseil des Arts du Canada a remis à Luc Courchesne son Prix annuel des arts visuels et des arts médiatiques 2020. Toutes nos félicitations à Luc pour ce prix fort bien mérité. (lien) . On pourra lire et voir dans le catalogue de l’exposition Lumières sa participation à l’événement des Cent jours de 1986 (lien)

 

Photo : Conseil des arts du Canada.


CATALOGUE LUMIÈRES, PERCEPTION – PROJECTION, CENT JOURS D’ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL 1986.

Le catalogue de l’exposition LUMIÈRES, Perception – Projection , des Cent jours d’art contemporain de Montréal de 1986, est maintenant en ligne sur le site web du CIAC MTL, sous Les Cent jours, 1986 (lien) . Bonne lecture et heureux souvenirs. Ce travail a été réalisé par Entreprises auxiliaires UQAM.

L’ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL
POUR LA FONDATION JEAN PAUL RIOPELLE


Photo: Jean Gagnon Creative Commons «L’ÉBAM est un bâtiment exceptionnel construit en 1922 par Jean-Omer Marchand et Ernest Cormier, deux architectes québécois des plus célèbres et innovateurs», rappelle l’auteur.

Par Claude Gosselin.
Texte publié dans Le Devoir, Montréal, 18 février 2021.

Au cours des derniers jours, plusieurs événements tristes nous ont montré le peu d’enthousiasme et de respect manifesté par des individus et des dirigeants de municipalités envers le patrimoine bâti au Québec, qui ont été jusqu’à faire part publiquement et sans aucune gêne de leur insouciance.

On peut même penser que la peur d’une nouvelle loi plus favorable à la protection du patrimoine en pousse certains à se presser de demander la démolition de certains bâtiments, et d’autres à ouvrir la porte aux incendies criminels. Il est donc urgent de porter dès maintenant un œil vigilant sur les bâtiments patrimoniaux et sur ceux qui ne sont pas encore classés, mais qui devraient l’être, et qui sont laissés à l’abandon et sans surveillance.

L’occasion est bonne de rappeler que l’ancienne École des beaux-arts de Montréal (ÉBAM), située au 3450, rue Saint-Urbain, est sans occupant depuis le départ du Conseil des arts de Montréal, en 2009. Le bâtiment est sous la responsabilité de la Société des infrastructures du Québec (SIC), dont une partie de la mission est de développer, de maintenir et de gérer un parc immobilier.

L’ÉBAM est un bâtiment exceptionnel construit en 1922 par Jean-Omer Marchand et Ernest Cormier, deux architectes québécois des plus célèbres et innovateurs. L’École a été le milieu d’apprentissage des arts pour plusieurs artistes, dont certains parmi les plus grands. C’est là que Pierre Gauvreau, Louise Renaud et Françoise Sullivan, trois automatistes signataires de Refus global, ont suivi leurs premiers cours d’art.

Alors qu’aujourd’hui on cherche un lieu pour la Fondation Jean Paul Riopelle et, par extension, un lieu pour le groupe des automatistes, il nous paraît tout à fait logique de nous tourner vers l’ÉBAM pour y accueillir les œuvres de Riopelle et celles de ses amis et amies ainsi que pour y aménager un centre de documentation international sur le groupe des automatistes et l’époque à laquelle il s’est développé.

Ce serait là une occasion extraordinaire de remettre ce joyau du patrimoine architectural à une institution, qui, avec les fonds prévus pour le développement de la Fondation Riopelle, pourrait le mettre aux normes d’aujourd’hui et lui permettre d’accueillir des expositions publiques. Ayant utilisé ce bâtiment pour une édition de la Biennale de Montréal en 2011, nous connaissons son potentiel exceptionnel pour les arts visuels. Le rendre au milieu des arts visuels serait le rendre à son activité première et constituerait un juste retour des choses — une opération sans frais exorbitants pour le gouvernement du Québec, à qui appartient l’ancienne ÉBAM.

Il faut souligner que l’ÉBAM est située dans un environnement patrimonial qui a tout aussi avantage à être développé : signalons à cet égard la Maison Notman, le Studio Ernest-Cormier, l’ancienne École technique de Montréal (1909-1911), aujourd’hui le Pavillon Sherbrooke du Complexe des sciences de l’UQÀM, et plusieurs lieux où les automatistes et d’autres artistes ont vécu, étudié, exposé et travaillé de 1939 à 1960. Le site possède aussi des terrains publics qui appartiennent au gouvernement du Québec et à la Ville de Montréal.

Il y a là un projet de « pôle culturel » à réaliser, avec un potentiel de contenu international pouvant se développer sur plusieurs années. Situé dans les limites du Quartier des spectacles, ce pôle ajouterait une offre touristique de premier plan pour la Ville de Montréal.

Protégeons notre patrimoine culturel en lui assignant des fonctions liées, dans la mesure du possible, à ses fonctions originales. Ne détruisons pas une bibliothèque historique pour en faire un lieu d’exposition. Rendons à la bibliothèque Saint-Sulpice une activité liée à la conservation et à l’animation de livres et de documents patrimoniaux. Et redonnons à l’ancienne École des beaux-arts de Montréal sa résonance dans le milieu des arts visuels avec la Fondation Jean Paul Riopelle.

SUZANNE KITE
UNE ARTISTE MULTIDISCIPLINAIRE AUTOCHTONE

Suzanne Kite

Dans le cadre de son projet INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET CRÉATION ARTISTIQUE, le CIAC MTL présente un article d’Anne-Marie Boisvert sur Suzanne Kite, une artiste multidisciplinaire autochtone de la tribu des Oglalas Lakotas (une tribu sioux), originaire de la Californie du Sud. Kite travaille dans des domaines aussi diversifiés que la musique, la performance, la sculpture et l’installation, en incorporant dans ses œuvres les nouvelles technologies issues de l’intelligence artificielle.

LIRE L’ARTICLE

 

Consulter les Fiches du CIAC MTL
Découvrir d’autres artistes de l’intelligence artificielle

 

Image : Suzanne Kite et Devin RonnebergItówapi Čík’ala (Little Picture), ISEA 2020 (capture d’écran tirée de la vidéo), https://art2020.isea-international.org/art-portfolio/suzanne-kite.

LA PLACE DES AUTOMATISTES À MONTRÉAL
Initiateur du projet : Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

Lot 066

Une mise à jour :
1. Liste des gens qui appuient le projet (déjà près de 200 noms)
2. Place des Automatistes
3. Votre inscription

Nous vous remercions chaleureusement de votre appui !

 

EN SAVOIR PLUS

QUE LES MUSÉES OUVRENT LEURS PORTES !

Espérons que les musées pourront ouvrir leurs portes le plus vite possible. Lieux de calme et de civilité par excellence, lieux d’apprentissage du regard, lieux de plaisirs sains, lieux de contemplation, dites-moi pourquoi ma visite vous est interdite. Vous seriez un baume sur ma vie en temps de pandémie.

 

Le Musée des beaux-arts du Canada est ouvert, alors que le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée d’art contemporain de Montréal sont fermés. Où est la logique ?

 

Image : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa, 2016. Photo © Jean Gagnon.

NOS MEILLEURS VOEUX

Laissons l’année dernière nous en la quittant sans regrets.
Envisageons l’année prochaine dans l’espoir de jours meilleurs.
C’est ce que nous vous souhaitons de tout cœur.
Que la santé soit au rendez-vous – Que la création soit radieuse.

Les membres du conseil d’administration :
Claude Gosselin, Cyrille Girard
Thomas Marcantonio, Nathalie Gervais, Nick Tedeschi

 


MONTREAL’S PLACE DES AUTOMATISTES
Project initiated by Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

Lot 066

Update:
1. List of people supporting the project (already nearly 200 names)
2. Montreal’s Place des Automatistes
3. Support the project

Thank you for your support!

 

READ MORE

LET MUSEUMS OPEN THEIR DOORS!

Hopefully, museums will be allowed to reopen their doors as soon as possible. Places of calm and civility, places of visual learning, places of healthy pleasures, places of contemplation… Tell me, why am I barred from visiting? You would be a balm for my life during a pandemic.

The National Gallery of Canadais open, while the Montreal Museum of Fine Artsand the Musée d’art contemporain de Montréalare closed. Where is the logic?

 

Image: National Gallery of Canada, Ottawa, 2016. Photo © Jean Gagnon.

OUR BEST WISHES

Let’s leave this year behind us without regrets.
Let’s look to the next year for better days.
This is what we sincerely wish you.
May health be yours – May creation be radiant.

The members of the Board of Directors:
Claude Gosselin, Cyrille Girard
Thomas Marcantonio, Nathalie Gervais, Nick Tedeschi

BAnQ – SAINT-SULPICE
UNE BIBLIOTHÈQUE À GRAND POTENTIEL

BAnQ St-Sulpice

Par Claude Gosselin, Charles Lapointe et Jeanne Renaud.
Texte publié dans Le Devoir, Montréal, 5 décembre 2020.

En octobre dernier le gouvernement du Québec remettait le Prix du Québec-Gérard-Morisset à monsieur Claude Dubé pour son travail à la préservation du patrimoine québécois, patrimoine qu’il voulait source de fierté pour tous.

La semaine dernière, le gouvernement du Québec annonçait qu’il abandonnait un projet de bibliothèque technologique pour adolescents à la BAnQ-Saint-Sulpice, donnant à l’édifice patrimonial un sursaut de vie après 15 ans d’inoccupation. L’annonce n’a été suivie d’aucun nouveau projet, laissant entendre que ce magnifique bâtiment retournera au silence.

Une nouvelle Loi sur le patrimoine québécois est en préparation et devrait être présentée à l’Assemblée nationale au printemps prochain. Récemment madame Phyllis Lambert et monsieur Serge Joyal, dans Le Devoir, discutaient du fait que la future loi allait donner plus de pouvoir aux administrateurs des villes et villages du Québec pour décider des édifices patrimoniaux à protéger et à mettre en valeur.

Dans un monde idéal cela serait peut-être une avenue à considérer, mais dans la réalité quotidienne des municipalités qui retirent leur financement par la taxation des biens immobiliers, il sera toujours tentant pour les villes et villages du Québec de favoriser un projet immobilier à revenus importants à un bâtiment patrimonial à revenus réduits et à protéger. Nous l’avons constaté avec tristesse quand la Ville de Mascouche a décidé de démolir le manoir seigneurial de cette ville, un manoir exceptionnel du XVIIIe siècle et en bon état jusqu’à 2015, année où Mascouche en a pris possession. Pour sa part, la Ville de Québec nous a aussi offert de tristes exemples de permis de démolitions octroyés à des développeurs immobiliers peu imaginatifs et incapables d’inclure dans leurs plans le bien patrimonial public.

Nous sommes très heureux du travail qu’ont accompli monsieur Claude Dubé et ses différents partenaires à la préservation du patrimoine. Nous aimerions que le gouvernement du Québec tienne compte du travail de toutes ces personnes qui ont à cœur le bien public et qu’il puisse édicter des lois qui prennent soin de celui-ci. Car à quoi cela sert-il de reconnaître le travail d’individus passionnés pour leur pays et son histoire si dans la réalité de tous les jours on ne tient pas compte de l’objet de leur travail ? C’est tout simplement de l’hypocrisie, de l’aveuglement devant le devoir de marquer la réalité d’un peuple par ses réalisations, qu’elles soient physiques ou intellectuelles.

L’édifice de la Bibliothèque Saint-Sulpice est un bien patrimonial à la fois par son architecture, son design intérieur et les éléments qui ont servi à son mandat : tables, éclairage, rayonnage. Nous avons, pour une rare fois, un ensemble unique, bien conservé, à garder intact pour les générations à venir. Une bibliothèque majestueuse comme il y en a quelques exemples à travers le monde et dont les villes et les pays qui en sont propriétaires défendent avec amour leur nécessité comme témoins de leur culture et de leur histoire.

L’édifice de la Bibliothèque Saint-Sulpice a été conçu pour être une bibliothèque. C’est un bâtiment totalement intégré, une œuvre d’art totale, ayant une fonction très claire : conserver des livres et produire des activités connexes : expositions, conférences, projections de films. Pourquoi ne pas profiter de ce lieu pour y déposer les nombreuses archives en quête de lieux, telles les archives des communautés religieuses et celles des Sulpiciens, archives qui témoignent de l’histoire de notre pays ? Et d’autres archives civiles de première importance.

Conserver des archives ne veut pas dire les mettre dans un coffre-fort inatteignable. Bien au contraire. C’est rendre accessible un patrimoine à la recherche, à la lecture, à l’exposition, à la discussion, à la médiation, à la documentation, à la publication, aux médias électroniques…

Ce bâtiment est un lieu unique à Montréal. Un lieu de sérénité. Un lieu mythique. Pourquoi vouloir en faire un lieu d’excitation, de spectacle, d’animation sans frein, de consommation ? Ce lieu pourrait être une bibliothèque avec une résonnance internationale si on savait y loger les documents qui attirent l’attention de chercheurs de partout dans le monde. À titre d’exemple, nous citerons la bibliothèque-centre-de-recherche du Centre Canadien d’Architecture qui est un lieu universellement connu pour ses collections uniques en architecture. Il faut en cela remercier madame Lambert pour sa vision à long terme sur l’architecture et le patrimoine.

Nous croyons que la Bibliothèque Saint-Sulpice de Montréal a le potentiel de devenir une bibliothèque unique, vivante, et aimée. Le succès de la campagne de financement public mise sur pied récemment est la preuve que des gens sont prêts à appuyer un projet pour sauver ce bien public avec un objectif clair.

Nous espérons que la prochaine Loi sur le patrimoine implantera les structures nécessaires et donnera à des personnes en poste les responsabilités de sauver le patrimoine exceptionnel du Québec et qu’elles auront les moyens qui leur permettront d’agir.

 

Aussi à lire dans Le Devoir du 8 décembre 2020 : « La bibliothèque Saint-Sulpice, ce cimetière d’idées », par Catherine Lalonde.

Pour en savoir plus : Découvrez l’historique de la bibliothèque Saint-Sulpice.

 

Images :
1) Photographie, Bibliothèque Saint-Sulpice, BAnQ, 2016.
2) Photographie (détail), Bibliothèque Saint-Sulpice, Michel Legendre, BAnQ, 2016.
3) Photographie, Bibliothèque Saint-Sulpice, Michel Legendre, BAnQ, 2016.


 

LA PLACE DES AUTOMATISTES À MONTRÉAL

Initiateur du projet : Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

À titre informatif, vous êtes plus de 163 à avoir appuyé la désignation d’un Espace public pour le Groupe des Automatistes à Montréal à ce jour. Nous vous remercions chaleureusement de votre appui.

Total des appuis reçus : 163
Appuis confidentiels : 6
Appuis reçus non publiés : 21*
Appuis publics : 136

*Vous pouvez toujours rendre votre appui public en nous écrivant à automatistes@ciac.ca

ABEL, Marie-Christine
ACHARD, Maurice
ADAMCZYK, Georges
ALLARD LANDRY, Pierre
ARORA, Natasha
BAERT, Renee
BARIL, Jacinthe
BARRE, Pierre M.
BASTARACHE, Jean-Yves
BÉDARD, Louise
BELAIR PAGNETTI, Michèle
BELLEFEUILLE, René
BELLEMARE, Linda
BELLEROSE-MORIN, Roxane
BENOIT, Claude-Philippe
BERNIER, Rene Michel
BERNIER, Colette
BERTRAND, Gilles
BILODEAU, Fabienne
BIRON, Normand
BLAIN, Dominique
BLANCHETTE, Pierre
BOUCHARD, Karine
BOUCHARD SANTERRE, Florence
BOUCHER, Flavie
BOUDREAULT, Marlène
BOUFFARD, Claude
BOULANGER, Michel
BOZZINI, Isabelle
BOZZINI, Stephanie
BRAULT, arch., Yves
BRIÈRE, Marie-France
CHAPDELEINE, Daniel-Joseph
CHÉNARD, André
CLOUTIER, Raymonde
CORMIER-PICHÉ, Denis
CÔTÉ, Mario
COUTURE, Francine
COVIT, Linda
COZIC
DAIGNEAULT, Gilles
D’AMOUR, Yvon
DÉRY, Louise
DEVLIN, Eric
DUBÉ, Marie-Christine

DUBOIS, Sophie
DUSSAULT, Nathalie
ÉMARD, Sylvain
FILION, Serge
FOISY, Carole
FORGUES, Michel
FOURNELLE, André
FOURNIER, Marcel
FRENKEL, Vera
GAGNON, Claude
GAGNON, Sophie
GAGNON, Johanne
GALLAND, Emmanuel
GAMACHE, Guy
GARIÉPY, Michel
GAUTHIER, Ninon
GÉVRY, Martine
GIANGIOPPI, Bruno
GIRARD, Kim
GIRONNAY, Sophie
GODIN-FILION, Vincent
GODMER, Gilles
GOSSELIN, Claude
GRAVEL, Diane
GREENBERG, Reesa
HAMELIN, Monique
HÉBERT, Pierre
JACQUES, Kathleen
JOLICOEUR, Nicole
JULIO-PAQUIN, Jean De
LACERTE , Sylvie
LACROIX , Laurier
LAFORTUNE, Marie-Josée
LAGACÉ, Michel
LAPOINTE, Charles
LAPOINTE, Jean
LAROCHELLE, Luc
LAVIOLETTE, Serge Jean
LE ROUX, Yves
LÉGARÉ, Jocelyne
LÉTOURNEAU, Lise
LÉTOURNEAU, Geneviève
LIZIÈRE
LOGAN, Jean
LORD, Francyne

LUSSIER, Réal
MARCANTONIO, Tommaso
MARCHETTA, Serge
MARÉCHAL, Paul
MARTIN, Pierre
MARTIN, Michel
MICHAUD, Ginette
MIHALCEAN, Gilles
MIRANDETTE, Marie Claude
MONGRAIN, Claude
MURPHY, Serge
NOËL, Jean
PAGÉ, Danny
PAQUET, Raynald
PARADIS , Michel
PARÉ, Alain
PELLETIER, Sonia
PÉRINET, Francine
PERRAULT, Marie
PERRON, Éric
PILOTTE, Pierre
PIQUETTE, Michel
PROVOST, Danyele
PRUD’HOMME, Emery
RENAUD , Jeanne
RENAUD, Paule
ROBILLARD, Mylène
ROCHON, Pierre
RODRIGUE, Guy
ROUSSEAU, Bernard
ROUSSEAU, Denis
ROY, André
SANTERRE, Bruno
SAVOIE, Julien
SOUTHAM, Chloe
ST-PIERRE, René
SULLIVAN, Françoise
SWAIN, Richard
TOUGAS, Colette
TOUSIGNANT, Serge
VALDÉS DE HOYOS, Remigio
VIGNEAULT, Louise
VILLENEUVE, Josette
WELSH, Henry
WILKINS, Jacques

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROJET

 

Image : Lot 066 du Quartier des Spectacles, © Arrondissement Ville-Marie.

LA PLACE DES AUTOMATISTES À MONTRÉAL
Initiateur du projet : Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

Place des Automatistes

Liste des personnes qui ont appuyé la désignation d’un
Espace public pour le Groupe des Automatistes à Montréal.
16 artistes qui ont revendiqué, au cours des années 1940-1955,
plus de liberté dans le monde des arts et de la culture et
plus de liberté dans la gouvernance du Québec.

OUI, j’appuie le projet du CIAC MTL pour que le lot no 066
du Quartier des spectacles / Place des arts de Montréal soit nommé
« Place des Automatistes ».

Anonymes : 3
Appuis reçus non publiés : 36*
*Vous pouvez toujours rendre votre appui public en nous écrivant à automatistes@ciac.ca
Appuis publics : 

ABEL, Marie-Christine
ACHARD, Maurice
ALLARD LANDRY, Pierre
ARORA, Natasha
BAERT, Renee
BARRE, Pierre M.
BELAIR PAGNETTI, Michèle
BELLEFEUILLE, René
BELLEROSE-MORIN, Roxane
BERNIER, Rene Michel
BERTRAND, Gilles
BILODEAU, Fabienne
BIRON, Normand
BLAIN, Dominique
BLANCHETTE, Pierre
BOUCHARD SANTERRE, Florence
BOUDREAULT, Marlène
BOULANGER, Michel
BRIÈRE, Marie France
CHÉNARD, André
CLOUTIER, Raymonde
CORMIER-PICHÉ, Denis
COUTURE, Francine
COVIT, Linda

COZIC
D’AMOUR, Yvon
DÉRY, Louise
DEVLIN, Eric
DUBÉ, Marie-Christine
DUSSAULT, Nathalie
FILION, Serge
GAGNON, Claude
GARIÉPY, Michel
GIANGIOPPI, Bruno
GIRONNAY, Sophie
GODIN-FILION, Vincent
GOSSELIN, Claude
GRAVEL, Diane
GREENBERG, Reesa
JACQUES, Kathleen
JULIO-PAQUIN, Jean De
LACERTE, Sylvie
LACROIX, Laurier
LAFORTUNE, Marie-Josée
LAGACÉ, Michel
LAPOINTE, Charles
LE ROUX, Yves
LÉGARÉ, Jocelyne
LOGAN, Jean

GAMACHE, Guy
MICHAUD, Ginette
MIHALCEAN, Gilles
MURPHY, Serge
PAGÉ, Danny
PAQUET, Raynald
PARÉ, Alain
PILOTTE, Pierre
RENAUD, Jeanne
ROBILLARD, Mylène
ROCHON, Pierre
RODRIGUE, Guy
ROUSSEAU, Bernard
ROUSSEAU, Denis
SANTERRE, Bruno
SULLIVAN, Françoise
SWAIN, Richard
TOUGAS, Colette
TOUSIGNANT, Serge
WELSH, Henry
WILKINS, Jacques

 

TOTAL : 109

 

Image : Lot 066 du Quartier des Spectacles, vue aérienne de Google Maps.


 

ROBERT GRAHAM
HEUREUX GAGNANT DE L’OEUVRE DE JOHN McEWEN

C’est avec plaisir que nous annonçons que Robert Graham a gagné l’œuvre de John McEwen, 5000 Stars (Day Two), 2003, tirée au sort à la fin de notre campagne de financement 2020 le 1er décembre dernier sous l’autorité de Me Guy Gamache.

Dons

Robert Graham a été un généreux donateur depuis plusieurs années au CIAC MTL. C’est la première fois qu’il gagne notre concours. Nous sommes très contents de le remercier ainsi.

JOHN McEWEN
5000 Stars (Day Two), 2003
Photographie couleur
Édition de 10
55 x 42 cm
Une valeur de 1000 $

Vous pouvez toujours faire des dons au CIAC MTL pour l’année 2020. Ceux-ci serviront à compléter nos projets : Cartographie des Automatistes à MontréalUne Place des Automatistes à Montréal, la publication de Fiches sur l’art et les artistes et de l’information sur Les papiers peints d’artistes, etc. Nous aimerions produire au cours des prochains mois un balado sur des œuvres d’art publiques et sur la présence de l’art et de l’architecture dans la ville. Même sans exposition à visiter, le CIAC MTL reste très actif. Nous vous remercions à l’avance.


 

JEAN-PAUL DAOUST
REÇOIT LE PRIX DU CALQ
ARTISTE DE L’ANNÉE DANS LANAUDIÈRE

Le Conseil des arts et des lettres du Québec a décerné son prix « Artiste de l’année dans Lanaudière » au poète Jean-Paul Daoust. Ce prix, assorti d’un montant de 10 000 $, lui a été remis lors d’un gala virtuel produit par Culture Lanaudière.

Les membres du jury ont salué « le talent et la passion de Jean-Paul Daoust […] Ce poète multiplie ses présences à des événements publics dans le souci de promouvoir la poésie. Bien enraciné dans sa région, l’écrivain lanaudois contribue à l’évolution de son milieu grâce à son travail passionné ».

Félicitations à Jean-Paul, un ami du CIAC MTL !

En savoir plus

 

Photo © Jean-Paul Daoust


 

PAPIERS PEINTS
AU MUSÉE DE LA TOILE DE JOUY

En complément à notre projet des papiers peints, nous soulignons le travail du Musée de la Toile de Jouy, en France, qui a dévoilé récemment son nouveau parcours permanent. On y découvre une série de vidéos mettant à l’honneur des papiers peints.

Visionner la vidéo 1

En savoir plus sur le Musée

 

Image © Musée de la Toile de Jouy.

PLACE DES AUTOMATISTES
CAMPAGNE D’APPUIS POUR DÉSIGNER
UN ESPACE PUBLIC AUX AUTOMATISTES

Initiateur du projet : Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

Lot 066

Plusieurs places publiques à Montréal ont été nommées en l’honneur de personnalités importantes dans l’histoire culturelle et sociale du Québec. Il est toutefois un groupe d’artistes qui attend une reconnaissance hautement méritée. Il s’agit des Automatistes qui, au cours des années 1945-1955 ont marqué les milieux des arts visuels, de la littérature, de la danse, du design, du théâtre et de la psychanalyse.

Récemment, la Ville de Montréal a lancé un concours international pour l’aménagement du lotno 066 du Quartier des spectacles / Place des arts

L’aménagement du lot 066 sera inauguré en 2023 : 2023 sera l’année du 75e anniversaire de Refus global et les 100e anniversaires de naissance de Jean Paul Riopelle, de Françoise Sullivan et de Magdeleine Arbour.

Nous proposons ainsi que le lot no 066 soit nommé
« PLACE DES AUTOMATISTES ».

 

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

 

Photo © Arrondissement Ville-Marie.


 

MICHEL GOULET
COMMANDEUR DE L’ORDRE DE MONTRÉAL

 

Toutes nos félicitations à Michel Goulet pour sa nomination au grade de Commandeur de l’Ordre de Montréal, le grade le plus élevé de l’Ordre. Une reconnaissance bien méritée autant pour son œuvre que pour son engagement dans le milieu des arts visuels.

En savoir plus

Photo © Michel Goulet


 

DERNIÈRE CHANCE !
TIRAGE DE L’OEUVRE DE JOHN McEWEN

Le tirage de la photographie de John McEwen (Campagne de financement 2020) aura lieu le 1er décembre prochain !

Tous les nouveaux dons seront affectés au projet Cartographie des Automatistes, un projet très apprécié auquel nous ajouterons plus de 20 lieux à découvrir. Cette production bilingue s’inscrit dans les commémorations prévues en 2023 qui marqueront le 75e anniversaire de « Refus global » et le 100e anniversaire de naissance de Jean Paul Riopelle, de Françoise Sullivan et de Magdeleine Arbour.

McEwen

JOHN McEWEN
5000 Stars (Day Two), 2003
Photographie couleur
Édition de 10
55 x 42 cm
Une valeur de 1000 $

Les donateurs individuels recevront, pour chaque tranche de 100$, un billet pour le tirage de l’œuvre de John McEwen.

Les donateurs corporatifs recevront, pour chaque tranche de 500$, un billet pour le tirage de l’œuvre de John McEwen.

Faire un don

DONNEZ GÉNÉREUSEMENT
Aidez-nous à diffuser l’art d’aujourd’hui
Canada : 10089 0920 RR0001 – Québec : QCA 0235-0532

JE FAIS UN DON


 

PLACE DES AUTOMATISTES
SUPPORT CAMPAIGN TO DEDICATE
A PUBLIC SPACE TO THE AUTOMATISTS

Project initiator: Claude Gosselin, claude.gosselin@ciac.ca

Lot 066

Many public places in Montreal have been named in honor of important personalities of Quebec’s cultural and social history. There is, however, a group of artists who still await such a highly deserved recognition: the Automatists. During the years 1945-1955 in particular and thereafter, these artists left their mark in visual arts, literature, dance, design, theater and psychoanalysis.

Recently, the city of Montreal has launched an international competition for the development of lot no. 066 in the Quartier des Spectacles / Place des Arts.

The development of lot 066 will be inaugurated in 2023: 2023 will be the 75th anniversary of Refus global and the 100th birthdays of Jean Paul Riopelle, Françoise Sullivan and Magdeleine Arbour.


We therefore propose that lot no. 066 be named
« PLACE DES AUTOMATISTES ».

 

CLICK HERE TO LEARN MORE

 

Photo © Arrondissement Ville-Marie.


 

MICHEL GOULET
COMMANDER OF THE ORDER OF MONTREAL

 

Congratulations to Michel Goulet on his appointment to the rank of Commander of the Order of Montreal, the highest rank in the Order. A well-deserved recognition as much for his work as for his involvement in the visual arts community.

Read More

Photo © Michel Goulet


 

LAST CHANCE!
DRAW OF AN ARTWORK BY JOHN McEWEN

The draw for John McEwen’s photograph (2020 Fundraising Campaign) will take place on December 1st!

All new donations will be allocated to the project Mapping the Automatists, a very popular project to which we will add more than 20 locations to discover. This bilingual production is part of the commemorations planned for 2023 which will mark the 75th anniversary of “Refus global” and the 100th anniversary of the birth of Jean Paul Riopelle, Françoise Sullivan, and Magdeleine Arbour.

McEwen

JOHN McEWEN
5000 Stars (Day Two), 2003
Color photography
Edition of 10
55 x 42 cm
Value of $ 1 000

Individual donors will receive a ticket for the draw of John McEwen’s work for every $ 100.

Corporate donors will receive a ticket for the draw of John McEwen’s work for every $ 500.

Donations

GIVE GENEROUSLY
Help Us Disseminate Today’s Art
Canada: 10089 0920 RR0001 – Quebec: QCA 0235-0532

DONATE

FAITES UNE PROMENADE ARCHITECTURALE !

Promenades architecturales

Ce matin, le CIAC MTL vous propose une promenade urbaine au cœur du patrimoine architectural montréalais !

Il y a 18 ans, en novembre 2002, le CIAC MTL organisait des visites guidées sur l’architecture dans le quartier de la Cité Multimédia. Comme la pandémie nous interdit les rassemblements intérieurs, nous vous suggérons de revivre cette activité libre en plein air : rendez-vous à la sortie Saint-Jacques du métro Square Victoria, avec votre téléphone intelligent et vos écouteurs, et consultez sur notre site web les Promenades architecturales 2002. Ce parcours vous guidera vers 12 lieux captivants du patrimoine architectural montréalais, et vous pourrez écouter, en vidéo, votre guide Nicolas Kenny vous raconter plus de trois siècles d’histoire et d’architecture.

 

DÉCOUVREZ LES PROMENADES ARCHITECTURALES 2002

 

Dans le cadre de la 3e Biennale de Montréal – 2002, organisée par le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL), le volet architecture de l’événement a été marqué par des Promenades architecturales du quartier de la Cité Multimédia.

Commandées par le CIAC à Héritage Montréal, celui-ci a vu à la conception, la recherche et la mise en place des Promenades architecturales.

Du Square Victoria au canal de Lachine en passant par la Cité Multimédia, les promenades architecturales font découvrir les nombreux visages du faubourg des Récollets. Elles soulignent les aspects fonctionnels et esthétiques du patrimoine architectural ancien et récent du faubourg et relatent des faits historiques, économiques et socio-démographiques d’intérêts.

Les promenades racontent trois siècles d’histoire et d’architecture tout au long d’un parcours pédestre commenté par un guide professionnel. Les commentaires touchent aussi bien les bâtiments, les aménagements urbains, les lieux de rassemblements que la vocation de ce quartier.

 

Bonne promenade !